Enquêtes « Les qualifications de demain dans le domaine des TIC »

La FEDIL et l’ABBL viennent de publier les résultats d’une dixième enquête consécutive portant sur les prévisions d’embauche des entreprises dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC).

L’enquête représente le seul indicateur existant au Luxembourg sur les besoins en qualifications dans le secteur couvert. Il s’agit donc d’un baromètre économique unique en son genre. La promotion et la recherche de jeunes talents étant une de ses priorités en 2020, la FEDIL considère que l’éducation et la formation sont les principaux vecteurs d’identification, d’appartenance et de promotion sociales. Une orientation savante est donc d’une importance stratégique – elle contribue à influencer les chances des candidats sur le marché de l’emploi tout en garantissant aux entreprises un pool de talents qualifiés.

Voilà pourquoi l’enquête, destinée aux jeunes, à leurs parents et aux responsables d’orientation, veut répondre à plusieurs objectifs : cerner les besoins des entreprises, concilier offre et demande de formation dans l’intérêt des jeunes et donner un indicateur fiable aux services d’orientation scolaire et professionnelle. Finalement, elle constitue aussi un moyen pour adapter la politique de la formation aux réalités économiques. Compte tenu des poussées de l’évolution technologique, il s’agit de s’assurer que Ia formation professionnelle initiale permette aux jeunes d’acquérir les qualifications recherchées dans le futur.

L’édition 2020 de l’enquête témoigne d’un potentiel d’embauche très important dans les deux années à venir, avec un total de 979 embauches pour 168 entreprises, dont 31 % pour remplacer des départs et 69 % pour occuper des postes qui viennent d’être créés. Le taux de création de postes est identique à celui de l’enquête de 2018. Le chiffre total d’embauches prévu a fortement augmenté par rapport à l’enquête précédente et est le plus élevé depuis 2002.

Ainsi, l’enquête confirme que l’économie luxembourgeoise reste largement créatrice d’emplois, surtout à haut niveau de qualification, avec des exigences de plus en plus dirigées vers les niveaux de formation élevés.

Le niveau « BAC +2 » est un minimum requis dans 92,2 % des cas et les formations universitaires sont les plus recherchées avec 85 % des prévisions. Parmi ces dernières, les diplômes universitaires les plus pointus des niveaux Master/Doctorat sont nettement plus recherchés (56,6 %) que les Bachelor (28,4 %).

Les résultats de l’enquête sont communiqués sous forme de dépliants réalisés sur base du design de la brochure qui dirigent les étudiants ciblés vers l’enquête. La brochure de l’enquête peut également être consultée en ligne sur www.fedil.lu et www.hellofuture.lu.

Plusieurs partenaires institutionnels ont collaboré à cette enquête, à savoir la Chambre de Commerce / House of Training, le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ainsi que l’Agence pour le développement de l’emploi (ADEM).

À relever également dans le contexte une autre initiative de promotion des métiers de l’industrie et des technologies, à savoir le projet « HelloFuture » qui propose, entre autres, sur son site Internet des outils innovants et interactifs permettant aux élèves et étudiants d’orienter leur avenir professionnel vers le monde industriel de demain. Tous les niveaux d’études sont concernés, du Diplôme d’aptitude professionnelle (DAP), Diplôme de technicien (DT), Brevet de technicien supérieur (BTS) au Bachelor, Master, ou Doctorat. Le site permet également aux jeunes de voir les vidéos d’interviews menés avec de jeunes professionnels actifs dans l’industrie luxembourgeoise. Le projet réaffirme le succès des partenariats publics-privés conclus en vue d’une meilleure orientation des jeunes en fonction des besoins des entreprises.

La présentation de l’enquête lors de la conférence de presse est disponible ICI.

La brochure TIC est disponible ICI.