Saisir les chances de l’avenir

2016 était une année somme toute positive pour les secteurs économiques représentés par la FEDIL. Dans un contexte international mouvementé, 2016 était un moment riche en développements : la récente réforme fiscale n’était certainement pas le dernier mot du gouvernement face aux évolutions internationales ; des porteurs de projets d’investissement continueront à s’intéresser à notre pays.

En dépit des efforts d’atténuation de la concurrence fiscale entre Etats, la fiscalité restera un argument décisif, mais d’autres facteurs ne doivent pas être sous-estimés non plus. A nous tous de nous montrer agiles et de faire preuve d’une capacité d’accueil et de suivi impeccables pour convaincre les prospects et pour mener leurs projets à bon port, Nous songeons notamment et tout particulièrement à l’importance d’un traitement administratif rapide des dossiers d’autorisation, à l’accès rapide aux infrastructures, à Ia disponibilité d’une main d’oeuvre qualifiée et, last but not least, à Ia compétitivité et à la quantité des approvisionnements en énergie.

A côté des développements en matière de réorganisation du temps de travail – très probablement une occasion manquée – et des grands projets d’investissement ainsi que des évolutions fiscales, 2016 fut marqué par l’initiative Rifkin dans laquelle nous nous impliquons activement en faveur de nos entreprises membres.

La digitalisation constitue un enjeu majeur pour nos membres : la troisième révolution industrielle, les réflexions sur le travail de demain, les percées technologiques commençant à transformer des secteurs d’activité entiers ou encore les projets politiques ou législatifs sur la circulation et la protection des données témoignent de ce que la digitalisation se trouve au coeur même de toutes les problématiques économiques. Pour nos industries il en découle des avantages réels et la FEDIL veut continuer à les accompagner dans cette voie.

Dans cette optique la création de l’initiative D4I- Digital for lndustry, abordée à présent conjointement avec le Ministère de l’Économíe, constitue un pas important vers un avenir favorable pour l’industrie.

Mais ce fut aussi un moment de repositionnement autocritique pour une structure quasi centenaire. En janvier 2017 nous nous sommes convertis de Fedíl-Business Federation Luxembourg en FEDIL-The Voice of Luxembourg’s Industry. Nous vous avons présenté un positionnement ayant pour objectif non seulement de mieux servir nos membres et d’établir un dialogue plus constructif avec les décideurs et partenaires, mais surtout aussi de ne plus laisser pour compte le grand public.

Dans cette optique nous nous consacrons à plusieurs projets :

Connaissant Ia pénurie de main d’ceuvre qualifiée, c’est notamment autour de la digitalisation et les multiples possibilítés qu’elle ouvre dans l’industrie que la FEDIL a d’abord concentré des efforts de communication envers Ia jeunesse par le biais du projet de promotion des métiers de l’industrıe HelloFuture (www.hellofuture.lu). La recherche et le soutien de jeunes talents constituent des priorités absolues de nos efforts et nous continuerons à encourager nos entreprises à ouvrir leurs portes à la jeunesse.

Or, nous estimons qu’il y a, par ailleurs, un réel besoin d’informatıon par rapport à Ia richesse de tous nos secteurs industriels et nous voyons en cela notre prochain chantier. Il y a lieu de s’appliquer à redorer l’image de l’industrie non seulement en tant qu’employeur mais aussi en tant qu’élément contribuant au rayonnement de notre pays. Voilà pourquoi nous avons décidé de placer la deuxième moitıé de l’année 2017 – tout en préparant notre centenaire en 2018 – à des actions présentant tous nos secteurs.

  • Mme. Marie-Christine Ayed (Vice President Research, innovation & environment, Tarkett GDL S.A.);
  • Jean-Marc Kieffer (président du conseil d’administration, CDCL S.A.)
  • Romain Hansen (Director Global Technology Programs, Goodyear S.A.)

rejoignent le Conseil d’administration de la FEDIL en remplacement de M. Christian Thiry – avant passé 21 années au conseil d’administration – et François Delé, que la FEDIL remercie de la manière la plus chaleureuse pour leur engagement en faveur de l’industrie.